LE COEUR

veronique
Saint Véronique
Livre d’heures fin du XVème siècle
Chalons en Champagne – Bibliothèque municipale

Le cœur reçoit, perçoit et crée des liens. C’est une œuvre essentielle dont nous ne comprenons pas la portée. Les médiums spirites néophytes trouvent souvent que les messages des esprits sont ennuyeux et dénués d’intérêt parce qu’ils espèrent apprendre quelque chose sur les mystères du monde et qu’ils n’apprennent pas grand chose. Les messages donnés par une arrière-grand-mère décédée, un grand-père, une mère, un époux, une sœur, un oncle, une cousine ou des amis qui transmettent des souvenirs de bijoux abandonnés dans un tiroir, de photos oubliées ou des remerciements sincères pour les soins reçus pendant leur dernière étape de vie, peuvent manquer d’intérêt et sembler aujourd’hui d’autant plus prosaïques que de nombreux médiums contemporains ont accoutumé ceux qui cherchent à comprendre les dimensions non-terrestres à recevoir quantité de messages galactiques et prophétiques. Le New Age en avançant main dans la main avec les agences spatiales, a déplacé les pôles de spiritualité active. Les territoires n’ont plus de saints. L’au-delà n’est plus un jardin d’Eden mais un ensemble d’exoplanètes et les liens avec ces frères de lumière lointains multiplient la possibilité d’existences aussi variées que difficiles à percevoir et à définir.

Les esprits avaient rapporté à Simon James, l’un des médiums spirites les plus célèbres d’Angleterre, les commentaires à propos de « leurs messages ennuyeux et dénués d’intérêt » en lui suggérant de poser à ses élèves la question : « À qui d’entre vous n’a-t-on jamais dit je t’aime ? ». Alors Simon James interrogea ses élèves :

— À qui d’entre vous n’a-t-on jamais dit « je t’aime » ? Parce que s’il y a quelqu’un ici à qui personne n’a jamais dit « je t’aime », le jour où quelqu’un lui dira je t’aime, sera, je vous l’assure, le plus beau jour de sa vie. Comme humains, nous avons besoin de savoir que quelqu’un nous aime. « Is there anyone out there? » « Yes there is! » Y a-t-il quelqu’un ici ? Oui, elle y a quelqu’un ! Les messages d’amour que vous donnent les esprits vous paraissent triviaux mais des millions d’humains échangent tous les jours des messages infiniment plus triviaux sur Facebook et Twitter. « Je prends un café au lait, je prends un café sans lait… » Ces messages vous semblent triviaux ? Bien sûr qu’ils sont triviaux ! Ils sont extrêmement triviaux ! Mais ils sont humains. Vous avez besoin de savoir qu’il y a quelqu’un quelque part qui vous écoute, qui suit votre vie. Vous communiquez et vous recevez un soutien. Il se passe exactement la même chose avec les esprits. Lorsque nous communiquons avec eux, ils vous font savoir qu’ils vous soutiennent, qu’ils suivent votre vie, ils nous envoient leur amour. Lorsqu’aucun d’eux ne fait l’effort de communiquer avec vous, il nous manque quelque chose. Lorsqu’ils communiquent avec nous, ils nous emplissent de joie et cela même si le message est banal. Le degré de banalité importe peu. Vous êtes des humains et à la fin la seule chose qui compte pour vous, c’est que l’on vous aime.

Le spiritisme de tradition britannique et la volonté de développer une de médiumnité évidentielle –c’est à dire à tout instant vérifiable par ceux à qui elle s’adresse– donne une perception très pragmatique de l’au-delà et de ceux qui y résident. Aucun halluciné. Bien au contraire. Les pratiquants de ce spiritisme ne sont jamais des personnes en état d’hallucination mais des personnes perceptives souvent très généreuses. Le choix de cette communication quotidienne et casanière avec les esprits, avive simplement la conscience d’une appartenance à une communauté humaine interconnectée. Ces médiums révèlent l’existence de liens heureux ou abîmés qui demandent à être réparés. Car si la mémoire humaine oublie, celle des âmes dans l’au-delà est admirable ; l’oubli ne semble pas exister. Un médium expérimenté est capable de percevoir et de retransmettre aisément les numéros et les noms de rues où l’esprit a résidé, de décrire sa situation familiale, sa situation professionnelle, ses rêves non réalisés, ses addictions, son âge au moment du décès, la maladie ou les circonstances de sa mort, les photos écartées ou celles qui sont encadrées et occupent une place centrale, les plantes qui ont dépérit de froid dehors parce les vivants n’en voulaient plus chez eux.

La compréhension du fonctionnement de cette mémoire d’outre-tombe et le va-et-vient d’informations entre différentes dimensions bouleverserait toutes les institutions humaines. Ce n’est pas le dernier modèle de téléphone portable qui nous fait avancer. Le seul progrès est celui de la conscience, d’une conscience plus fraternelle et lucide. Un désir d’ascension individuelle et planétaire.

—La reconnaissance de ce talent médiumnique et la compréhension des différentes étapes de son développement permettrait de mieux comprendre le fonctionnement de la conscience humaine. Qu’elles sont les pratiques qui l’appauvrissent et quelles sont celles qui l’enrichissent ?

—Chacun d’entre nous synchronise avec des fréquences différentes et obtient avec plus ou moins de facilité un certain type d’information. La compréhension de ces différences rend compte de niveaux de conscience et de compétences à la fois très différents et complémentaires. Un médium inexpérimenté lit des empreintes et doit dépasser le champ gravitationnel terrestre pour échapper à l’écueil de la mémoire astrale et des projections de son propre univers mental. Il décrit facilement l’apparence physique, la personnalité, la raison et l’âge du décès de la personne mais donne rarement les noms, la situation géographique et la foule de détails précis qui ne sont donnés que par les médiums très expérimentés.

Au-delà du talent médiumnique propre à chacun, l’esprit qui se présente a également son talent et sa manière. Il peut manquer de pratique, avoir une grande conscience de la vie privée qui l’empêche de parler facilement en public ou être un esprit extraverti qui communique en donnant une foule de détails drôles qui amusent l’audience. Il y a des esprits silencieux et humbles qui parlent peu parce qu’ils furent humbles et silencieux. Il y a des esprits joyeux et volubiles qui ont gardé la gaité et le sens de l’humour qu’ils avaient lorsqu’ils étaient en vie. Rien ne change. Ni les traits innés, ni l’expérience. L’esprit doit s’exercer pour mener une conversation agile et fluide avec le médium. Le monde des esprits est un monde proche, une famille à l’écoute et à la portée de tous.

Je n’avais jamais oublié la rencontre avec l’esprit d’une vieille femme particulièrement humble et effacé. L’esprit ne faisait qu’une seule chose, parcourir une allée très familière, de la porte d’entrée de sa maison au portillon en bois qui séparait le jardin de la rue. Elle parcourait ce tracé sans rien dire, une fois, deux fois, trois fois. Cette séance me déconcertais:

— « Je ne vois qu’une femme courbée, les cheveux blancs et frisés et ce portillon de jardin peint en jaune pâle. Elle me montre toutes ses allées et venues depuis chez elle jusqu’au portillon, mais ce portillon de jardin ne dit rien, tout le monde à un portillon de jardin !

Val Williams, qui suivait cette connexion spirite, intervint pour dire :

— Tout le monde n’a pas un portillon en bois et un jardin ! Continues et demande-lui comment elle s’habille.

La femme de soixante-dix ans me montra une robe verte et un tablier vert. La toile de la robe était d’un vert intense, le tablier brillait :

— Elle me parle de vêtements verts, d’une robe verte et d’un tablier vert.

Puis avant de s’effacer, l’esprit ajouta :

— Dis à ma sœur Charlotte qu’elle n’hésite pas à pousser les portes parce que moi je n’ai pas su les ouvrir.

Sa sœur Charlotte, était dans la salle. Elle hocha la tête affirmativement avec des yeux brillants en expliquant pourquoi cette description l’avait tellement émue:

— Ce portillon était très important dans sa vie. Elle allait toujours de sa maison au portillon en bois jaune, elle allait et venait pendant des journées entières parce qu’elle n’osait pas aller plus loin. En effet, elle ne savait pas pousser les portes… et elle adorait la couleur verte, elle ne s’habillait quasiment qu’en vert. »

Soudain, cette connexion quasiment sans contenu qui m’avait semblé si peu pertinente, s’imposa comme l’une des plus belles. Certaines personnes ont du mal à relever les défis de la vie, souvent moins par manque de courage que parce qu’elles n’ont pas été correctement guidées. Un jour les intelligences non terrestres me dirent : « Les adultes qui auraient dû prendre leurs responsabilités et vous accompagner ne l’ont pas fait. ». La plupart des individus ne sont pas des athlètes de haut niveau, ils ont besoin d’appuis professionnels. Mais l’appui professionnel est rarement accordé à ceux qui se sont noyés ou qui se noient; on l’accorde à ceux qui ont déjà gagné. La pratique du spiritisme aide à comprendre combien le respect et le secours porté à tous les maillons de la chaîne est plus vital que les ambitions solitaires.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s