DÉMOCRATIE EXTRATERRESTRE

A-SverennNous avons imaginé des hommes verts et jaunes, plus ou moins farfelus, très aimables ou terribles. Des vies bizarres pour les rendre impossibles. Or ces êtres ne sont ni bizarres ni farfelus mais avancés. Ils peuvent nous aider à renouveler notre vision, à progresser, à comprendre nos erreurs. Les consciences non terrestres existent. Pour les rencontrer il ne faut pas attendre qu’elles s’adressent à nous directement. Il faut écouter, lire ou poser des questions aux personnes qui ont développé des capacités de réception.  La dimension contemplative n’est pas un espace religieux mais un espace d’exploration et d’attention dédié aux consciences avancées.

La dimension contemplative permet d’interagir avec les dimensions extraterrestres. Celles-ci nous apparaissent lorsque nous assemblons en silence des expériences comme l’archéologue assemble les tesselles d’une mosaïque qu’il tente de reconstituer.

Par où commencer ? On ne saurait envisager la question contemplative sans la confronter au réel. La dimension contemplative est celle qui regarde sans intervenir, celle qui prévient, celle qui sait lire au-delà de ce qu’on lui donne à lire. Elle transforme nos consciences et par extension, notre perception du monde. La dimension contemplative, à la croisée d’un patrimoine matériel et immatériel, nous interroge. Quelles croyances projetons-nous ? Notre temps qui dit ne plus avoir de croyances en a plus que nul autre. Des croyances gloutonnes et hyperactives.

Nous avons imposé au monde un tempo perpétuellement actif et vorace en écartant les accords plus sereins et rayonnants. Depuis, nous émettons en boucle des notes bruyantes et répliquées sans jamais songer à tempérer la violence de ce tintamarre qui disloque les sociétés et les écosystèmes.